Livres - Sans Blanc de Rien
Sans Blanc de Rien propose toute une série d'ouvrages qui traitent de la question du racisme, du privilège blanc, de la blanchité, de la colonisation,.... afin de s'informer un peu plus loin sur toute ces problèmatiques...
livres- auteurs - blanchité - privilège blanc- congo - sans blanc de rien - racisme - structurel - ouvrages - colonialisme
492
page-template-default,page,page-id-492,page-child,parent-pageid-101,bridge-core-1.0.4,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-18.0.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

“White innocence, paradoxes of colonialism and race” – Gloria Wekker

In White Innocence Gloria Wekker explores a central paradox of Dutch culture: the passionate denial of racial discrimination and colonial violence coexisting alongside aggressive racism and xenophobia. Accessing a cultural archive built over 400 years of Dutch colonial rule, Wekker fundamentally challenges Dutch racial exceptionalism by undermining the dominant narrative of the Netherlands as a “gentle” and “ethical” nation. Wekker analyzes the Dutch media’s portrayal of black women and men, the failure to grasp race in the Dutch academy, contemporary conservative politics (including gay politicians espousing anti-immigrant rhetoric), and the controversy surrounding the folkloric character Black Pete, showing how the denial of racism and the expression of innocence safeguards white privilege.

“White fragility : Why it’s so hard for white people to talk about racism” – Robin Di Angelo

Groundbreaking book exploring the counterproductive reactions white people have when discussing racism that serve to protect their positions and maintain racial inequality

Referring to the defensive moves that white people make when challenged racially, white fragility is characterized by emotions such as anger, fear, and guilt and by behaviors including argumentation and silence. These behaviors, in turn, function to reinstate white racial equilibrium and prevent any meaningful cross-racial dialogue. In this in-depth exploration, anti-racist educator Robin DiAngelo examines how white fragility develops, how it protects racial inequality, and what can be done to engage more constructively.

“Why I’m No Longer Talking to White People About Race” – Reni Eddo-Lodge

In 2014, award-winning journalist Reni Eddo-Lodge wrote about her frustration with the way that discussions of race and racism in Britain were being led by those who weren’t affected by it. She posted a piece on her blog, entitled: ‘Why I’m No Longer Talking to White People About Race’ that led to this book.

Exploring issues from eradicated black history to the political purpose of white dominance, whitewashed feminism to the inextricable link between class and race, Reni Eddo-Lodge offers a timely and essential new framework for how to see, acknowledge and counter racism. It is a searing, illuminating, absolutely necessary exploration of what it is to be a person of colour in Britain today.

“White Privilege: The Myth of a Post-racial Society” – K.Bhopal 

One of the major features of politics in the past few years has been a renewed attention to race as a driving factor in both politics and everyday life. How, after decades of civil rights activism, do people from black and minority ethnic communities continue to be marginalized? In White Privilege, Kalwant Bhopal draws on social science research and political and economic analysis to show how people from black and minority backgrounds are continually positioned as outsiders in public discourse and interpersonal interaction. Neoliberal policies only increase that tendency, as their effects exacerbate long-standing patterns of minority disadvantage. Bhopal’s book is rooted in dispassionate analysis, but its message is unmistakable—the structural advantages of whiteness are widespread, and dismantling them will require both honesty about their power and determination to change them.

« White Privilege: Unpacking the Invisible Knapsack » – Peggy Mcintosh 

According to Peggy McIntosh, “white privilege” is “an invisible package of unearned assets which I can count on cashing in each day, but about which I was meant to remain oblivious.” This discovery came as she was preparing a research article concerning male privilege in America.

Her studies in this field were rooted in findings of men’s unwillingness to acknowledge their over-privileged status, though they would admit the disadvantaged state of women. These denials, in essence, protected male privilege from being acknowledged, decreased, or curtailed. Calling out this unacknowledged male privilege phenomenon, McIntosh knew that since hierarchies in the society of the United States were interlocking, her finding of unattended white privilege might be a key to racism as well. She realized that while she was under the dominance of males, she had dominance over other women who were of another ethnic origin, particularly black women.

“Plantation Memories – Episodes of Everyday Racism” – Grada Kilomba

Plantation Momories is a compilation of episodes exploring everyday racism as a psychologi- cal reality. The combination of these two words, ‘plantation’ and ‘memories,’ describes racism as not only the reslaging of a colonial past, but also as a traumatic reality. Everyday racism, argues Grada Kilomba, is experienced as a violent shock that suddenly places the Black subject within a colonial scene where, as in a plantation scenario, one is imprisoned as the subordinate and exotic ‘Other.’

“What a beautiful N.l Look how nice the N. looks. I want to be one too!” says a girl to Kathleen. Ka- thleen is shocked, for she did not expect to be perceived as the inferior ‘Other.’ This moment of sur- prise and pain describes everyday racism as a mise-en-scene where whites suddenly become symbolic masters and Blacks, through insult and humiliation, become figurative slaves. Unexpectedly, the past comes to coincide with the present and the present is experienced as if one were in that agonizing past, as the title Plantation Memories conveys.

 “De quelle couleurs sont les blancs” – Sylvie Laurent, Thierry Leclère

« Blancs », « petits Blancs », « racisme anti-Blancs »… Ces expressions empruntées au lexique historique de l’extrême droite ont refait une brutale apparition dans le débat public français depuis les années 2000. Alors que la France ne cesse de réaffirmer son credo républicain selon lequel il ne peut exister aucune distinction raciale, allant jusqu’à bannir le mot « race » de la législation, comment comprendre ce surgissement de la « question blanche » dans la rhétorique politique et médiatique ?

Pour la première fois en France, ce livre cherche à décliner les nuances de ce terme controversé afin d’en interroger la pertinence et les usages. Écrit par des contributeurs d’horizons, d’opinions et d’origines divers, il se veut à la fois une exploration du discours sociopolitique contemporain, une analyse historique de sa genèse coloniale et de ses héritages, mais également une réflexion sur la façon dont ce « blanc » colore nos imaginaires culturels, du cinéma à la littérature, du rap à la télévision.

 “Dans le blanc des yeux : diversité, racisme et médias” – Maxime Cervulle”

«Diversité», «lutte contre les discriminations», «statistiques ethniques»: autant d’expressions qui, depuis les années 2000, n’ont cessé d’alimenter la controverse au sein de la sphère publique française.  Inversant les termes habituels du débat français autour de la «diversité», cet ouvrage propose d’interroger la construction sociale de la blanchité. Ce concept anglo-américain, né à la fin des années 1980 et presque complètement ignoré en France, désigne un mode de problématisation des rapports de race: l’étude des modalités dynamiques par lesquelles des individus ou groupes peuvent adhérer ou être assignés à une «identité blanche» socialement gratifiante.

Entre études historiques novatrices sur l’articulation entre capitalisme et racisme et enquêtes sociologiques consacrées à l’hégémonie blanche, Dans le blanc des yeux rend ainsi compte des débats qui ont renouvelé la conceptualisation du racisme et pose à nouveaux frais la question de la dimension racialisante des représentations médiatiques.

 “Racisme: Mode D’Emploi” – Rokhaya Diallo

Un témoignage fort dont l’ambition est de lutter avec beaucoup d’humour contre le racisme ordinaire très – trop – présent dans les discours quotidiens et qui s’exprime dans les situations les plus courantes.

Une réflexion fondée sur un vécu et une expérience illustrée par autant d’attitudes et de stéréotypes qui pose des questions essentielles :

Le racisme serait-il devenu un tabou ? D’où vient-il ? Comment en parler ? La diversité serait-elle « tendance » ? En définitive, sommes-nous tous racistes ?
Et, si oui, peut-on en « guérir » ?

“Racisme anti-Noirs, entre méconnaissance et mépris” – Nicolas Rousseau , Mireille-Tsheusi Robert

Le racisme envers les “Noirs” se caractérise davantage par le mépris que par la phobie. Les stéréotypes infantilisants à leur égard en sont une illustration éloquente. Aujourd’hui, le silence médiatique, politique, académique et associatif assourdissant qui entoure l’“afro-phobie” s’inscrit dans une tradition de déni de reconnaissance, de marginalisation ou d’“invisibilisation” des “Noirs”. Il convient dès lors de se demander qui parle pour les “Noirs” ? Pourquoi l’“afro-phobie” est-elle une forme de racisme méconnue, jugée inoffensive, voire méprisée ? Par quels processus les voix des diasporas africaines sont-elles rendues inaudibles ?

 

 “Peut-on encore parler de racisme” – Anne-Claire Orban 

Le raciste clamant autrefois l’inégalité des races se retrouve aujourd’hui à défendre l’incompatibilité des cultures, voire leurs prétendus différents degrés d’évolution. Cette argumentation amenant à la nécessité d’une préservation culturelle permet de conserver les privilèges de la « race blanche », dit autrement, de la « culture judéo-chrétienne », ou encore, de « l’Europe chrétienne »… Est-on si loin des idées évolutionnistes des siècles précédents légitimant la colonisation, la ségrégation raciale et l’eugénisme nazi ? Rien n’est moins sûr.

Cet ouvrage revient sur l’évolution de la rhétorique raciste mais surtout sur les mécanismes profonds qui se trament derrière les discours. Mécanismes dont notre système socio-économique a bien besoin pour fonctionner. Il se termine par une réflexion critique sur la législation antiracisme, cette dernière ayant toujours un temps de retard.

  “Une colere noire: lettre a mon fils” – Tah-Nehisi Coates

Voilà ce qu’il faut que tu saches : en Amérique, la destruction du corps noir est une tradition – un héritage. Je ne voudrais pas que tu te couches dans un rêve. Je voudrais que tu sois un citoyen de ce monde beau et terrible à la fois, un citoyen conscient. J’ai décidé de ne rien te cacher.

 

« Je me suis demandé qui remplirait le vide intellectuel après la mort de James Baldwin. Sans aucun doute, c’est Ta-Nehisi Coates… Une lecture indispensable. »
Toni Morrison, Prix Nobel de Littérature.

“White Women, Race Matters: The Social Construction of Whiteness” – Ruth Frankenberg

Traditional debates concerning racially hierarchical societies have tended to focus on the experience of being black. White Women, Race Matters breaks with this tradition by focusing on the particular experiences of white women in a racially hierarchical society. By considering the ways in which their experience not only contributes to but challenges the reproduction of racism, the work offers a rigorous examination of existing methodologies, practices and assumptions concerning racism and gender relations. Supported by extracts from in-depth life history interviews, White Women, Race Mattersprovides valuable course material.

 “Playing In The Dark : Whiteness and the litterary Imagination” – Toni Morrisson 

Pulitzer Prize-winning novelist Toni Morrison brings the genius of a master writer to this personal inquiry into the significance of African-Americans in the American literary imagination.

Her goal, she states at the outset, is to “put forth an argument for extending the study of American literature…draw a map, so to speak, of a critical geography and use that map to open as much space for discovery, intellectual adventure, and close exploration as did the original charting of the New World–without the mandate for conquest.”

“PEAU NOIRE MASQUES BLANCS” (1952) – Frantz Fanon 

Le sentiment de supériorité des Blancs sur les Noirs (et son revers, celui d’infériorité du Noir) est toujours un fait dans les sociétés occidentales (en particulier dans les Antilles). Nous en étudierons les conséquences d’un point de vue psychologique : quelles sont les réactions du Noir face à une situation née du colonialisme ? « Ce que nous voulons, c’est aider le Noir à se libérer de l’arsenal complexuel qui a germé au sein de la situation coloniale »

La décolonisation faite, cet essai de compréhension du rapport Noir-Blanc garde toute sa valeur prophétique : car le racisme, malgré les horreurs dont il a comblé le monde, reste un problème d’avenir. Il est ici abordé et combattu de front, avec toutes les ressources des sciences de l’homme et avec la passion de celui qui allait devenir un maître à penser par beaucoup d’intellectuels du Tiers Monde.

 “Le salaire du Blanc” – David R. Roediger

Après les événements révélateurs de Charlottesville, un livre lumineux pour éclairer la capacité du racisme à façonner la vie politique des États-Unis.
Si, comme le soutient l’auteur, la jeune classe ouvrière américaine du 19e siècle a revendiqué une identité blanche, la blanchité, en réponse aux peurs générées par la discipline capitaliste, la résurgence du suprématisme blanc qui saisit les États-Unis d’aujourd’hui n’est-il pas le produit des peurs nées de la spirale infernale de la mondialisation, du déclassement et de l’immigration économique ?
Pour l’auteur, la force de cette idéologie raciale est d’attacher les Blancs pauvres au chariot du système d’exploitation. Quoi qu’il puisse leur arriver – déclassement social, chômage… –, ils ne perdront jamais un avantage : la blanchité.
Mais que signifie « être blanc », « quels avantages les Blancs tirent-ils de la blanchité » ? Sur les pas de Jean Genet, de Frantz Fanon ou d’Aimé Césaire, David RRoediger mêle culture de masse, langage et politique, pour éclairer les voies spécifiques par lesquelles ce marqueur racial s’est socialement et historiquement construit. Le constat est cruel.

“Dans la peau d’un Noir” – John Howard Griffin

Comment un écrivain américain s’est transformé en Noir avec l’aide d’un médecin, pour mener pendant six semaines la vie authentique des hommes de couleur.

Maintenant le témoignage est là, tangible, solide, prêt à prendre place dans les rayons de toute bibliothèque qui se respecte (Robert Escarpit, Le Canard enchaîné).

 “Les Fantômes du roi Léopold : Le terreur coloniale dans l’Etat du Congo, 1884-1908 ” – Adam Hochschild

Dans les années 1880, le roi Léopold II de Belgique s’empare à titre personnel de l’immense bassin du fleuve Congo, afin de faire main basse sur ses prodigieuses richesses. Réduite en esclavage, la population est soumise au travail forcé, subit tortures et mutilations, au point qu’on estime à 10 millions le nombre de victimes africaines du monarque et de ses serviteurs. Au début du xxe siècle, tandis que Léopold est célébré dans l’Europe entière comme un philanthrope et un humaniste, des voix s’élèvent contre ses atrocités.

“Le sommet de la pyramide – Déconstruction d’un homme blanc”  – Sébastien Garcin

Tu es un homme blanc ? Tu penses que les races n’existent pas ? Tu es convaincu qu’hommes et femmes sont égaux ? Tu as plein d’amis gays ? Tu es bienveillant, tu n’as jamais levé la main sur une femme, tu n’as jamais méprisé un homo ou une lesbienne, tu n’as jamais insulté un noir parce qu’il est noir. D’ailleurs, tu ne dis pas “noir”, tu dis “black”.

J’étais comme toi il y a quelques temps, et puis, je me suis déconstruit…

Ce texte court qui se lit en moins d’une heure est à destination des hommes blancs, pour les encourager à réfléchir à leurs privilèges et à les remettre en cause.

 “The Underground Railroad – Authentic Narratives and First-Hand accounts ” – William Still

William Still and the Underground Railroad The Stills were the prototypical African American family who lived, worked, and sometimes prospered before, during, and after the Civil War. History is replete with the selfless contributions of these black individuals. Beginning in the waning decades of the 18th century on Maryland’s Eastern Shore, a slave named Levin Steel confronted his slave master with a demand his owner could not ignore-his …

“Mémoire Noires : Les congolais racontent le Congo belge 1940-1960”  – François Ryckmans

Ce livre raconte les dernières années du Congo belge jusqu’à la naissance du Congo indépendant, il y a 50 ans, à partir des récits de nombreux témoins, tous congolais.

Ces Mémoires noires donnent la parole au maçon et au futur ministre, à l’employé de Léopoldville et au militant radical de Bukavu. Les Congolais racontent avec des détails précis le Congo colonie modèle, Léopoldville coupée en deux par un apartheid de fait, avec la ville blanche et la cité noire, le soulèvement de Léopoldville en janvier 1959, la montée des revendications sociales, puis politiques, et, bien sûr, le jour de l’indépendance et les événements dramatiques qui ont suivi.

Le parti pris est donc de donner la parole aux Congolais. Ils décrivent le système colonial belge et leurs relations avec les Blancs. Des souvenirs marqués par des blessures, mais aussi des moments de bonheur, de fierté et de dignité, et qui contribuent à un bilan sans complaisance mais nuancé de la colonisation belge. Cette histoire dite par les Congolais vient compléter et corriger l’histoire «officielle» de la colonie, une histoire écrite très longtemps par la seule Belgique.

 “Notes of a Native Son ” – James Baldwin

Since its original publication in 1955, this first nonfiction collection of essays by James Baldwin remains an American classic. His impassioned essays on life in Harlem, the protest novel, movies, and African Americans abroad are as powerful today as when they were first written.

“What Does it Mean to Be White? Developing White Racial Literacy”  – Robin DiAngelo

Robin DiAngelo argues that a number of factors make this question difficult for whites: miseducation about what racism is; ideologies such as individualism and colorblindness; defensiveness; and a need to protect (rather than expand) our worldviews. These factors contribute to what she terms white racial illiteracy.

Speaking as a white person to other white people, Dr. DiAngelo clearly and compellingly takes readers through an analysis of white socialization. She describes how race shapes the lives of white people, explains what makes racism so hard for whites to see, identifies common white racial patterns, and speaks back to popular white narratives that work to deny racism.

 “Ne Reste pas à ta place” – Rokhaya Diallo

À mi-chemin entre l’autobiographie et le guide de développement personnel, ce récit de Rokhaya Diallo, née dans le Paris populaire de la fin des années 1970, relate le parcours inspirant d’une femme qui a réussi à s’extraire de sa condition, à mobiliser toutes ses ressources pour s’élever socialement et intellectuellement et à se nourrir des multiples rencontres qu’elle a su provoquer. Devenue aujourd’hui un personnage médiatisé inscrit au coeur du débat public français, Rokhaya Diallo éclaire d’une voix sincère et singulière ses prises de position, qui ont souvent été mal interprétées et déformées au fil de leurs restitutions.

“Congo, une histoire” – David Van Reybrouck

De la préhistoire aux premiers chasseurs d’esclaves, du voyage de Stanley missionné par Léopold II à la décolonisation, de l’arrivée de Mobutu puis de Kabila à l’implantation industrielle d’une importante communauté chinoise, ce livre retrace, analyse, conte et raconte quatre-vingt-dix mille ans d’histoire : celle du Congo, cet immense territoire africain au destin violenté.
Pour comprendre ce pays, un écrivain voyageur, historien, journaliste, est allé à la rencontre du peuple du Congo. Au fil de multiples séjours, son regard s’est aiguisé, son empathie s’est affirmée, son incessante curiosité lui a permis de saisir, de consigner dans ses carnets souvenirs et propos inédits au rythme d’une enquête basée sur plus de cinq mille documents. Ainsi a-t-il composé ce livre événement traduit dans le monde entier, cet essai total devenu un véritable best-seller de l’histoire contemporaine.

 “Histoire générale du Congo – de l’héritage ancien à la République Démocratique” – Isidore Ndaywel è Nziem

Vaste pays au cœur de l’Afrique, le Congo représente aussi trois mille ans d’aventures humaines. Un cheminement qui a eu ses longues durées et ses accélérations, ses continuités et ses ruptures, ses dynamiques et ses récurrences, au travers d’une évolution globale qui se lit dans les trois étapes successives de la précolonisation, de la colonisation et de la postcolonisation. Cette trajectoire des Congolais, trop facilement maquillée par le théâtre des convulsions contemporaines, apparaît, à la lecture, comme une intelligence nouvelle de cette crise de maturation d’un pays qui demeure malgré tout, la pierre d’angle du décollage économique de l’ensemble de la région. Cette Histoire générale du Congo est une édition revue, complétée et actualisée à la lumière des événements récents en Afrique centrale d’une première Histoire du Zaïre.

“Congo : entre Mythes et Réalités” – Jean Stengers

Jean Stengers s’est occupé de Léopold II et du Congo durant quarante ans au moins. Il a longuement travaillé à la fois dans les archives étrangères et dans les archives belges. Ce qu’il nous offre ici est un ensemble d’études qui couvrent un siècle d’histoire: elles vont du 17 février 1860 – date du premier discours colonial du futur Léopold II – jusqu’à l’indépendance du Congo, le 30 juin 1960. On y trouve abordés la plupart des aspects majeurs de la politique du Roi, puis de la Belgique. Ces aspects majeurs sont souvent aussi des aspects controversés. L’auteur s’attache, là où il rencontre des conceptions légendaires, que ce soient des légendes dorées ou des légendes noires, à les démythifier, avec la seule volonté de restituer la vérité du passé. Quatre études traitent de thèmes généraux: la formation de la pensée coloniale de Léopold II, la création de l’Etat indépendant du Congo, l’évolution de cet Etat et du Congo belge jusqu’en 1914, et enfin la période coloniale et l’histoire de la décolonisation de 1914 à 1960. Elles sont complétées par des éclairages jetés sur quatre questions importantes: l’Acte de Berlin, la campagne anglaise contre le Congo, le rôle de la Commission d’enquête de 1904-1905, et la décision de reprise du Congo par la Belgique.